Mobilité : renoncer à la voiture pour améliorer sa santé

Il existe à présent plusieurs moyens permettant de se maintenir en bonne santé. Par
exemple, renoncer à sa voiture est non seulement un remède contre le problème de
circulation, mais aussi une solution pertinente pour améliorer sa santé. Cet article vous
en dit long.

Ce qu’on doit savoir sur les effets des voitures sur la santé

La voiture fait partie des éléments qui engendrent la pollution atmosphérique. La plupart
de ces polluants peuvent être périlleux pour notre santé, mais aussi pour notre planète,
en rendant plus grave particulièrement l’effet de serre. Devant une telle situation,
beaucoup se demandent s’il est possible de rouler propre ?
Actuellement, la voiture reste le premier mode de transport choisi par beaucoup de
personnes. Bien sûr, les humains ne peuvent pas se passer d’un problème de mobilité.
Cependant, beaucoup sont d’avis qu’ils ne sont pas concernés par les modes de
déplacement notamment les véhicules étant donné qu’ils habitent en milieu rural.

Quelles sont les interdépendances entre transport et santé publique ?

La santé publique est une conception ayant connu beaucoup de changements en même
temps avec les découvertes scientifiques. Actuellement, dans une situation globale, il est
essentiel de tenir compte du panel d’interactions pour saisir les significations des
phénomènes observés. Par exemple, il est indispensable de comprendre la manière dont
les qualités de vie et styles agissent sur la santé.
Le domaine de transport engendre des pollutions sonores jouant sur la santé publique. Il
est à noter que l’émission de polluants crée une toxicité considérable relative aux
transports, avec le benzène, les particules fines ou encore les oxydes d’azote qui sont
des facteurs perturbant la qualité de l’air. Indéniablement, l’exposition aux polluants
entraine une baisse de l’espérance de vie. D’autres effets et nocuité sont aussi à
considérer lors d’un choix d’un moyen de transport : l’accidentologie des transports, le
bruit, le stress, etc.

L’effet de la consommation de l’énergie électrique

L’énergie électrique sert à renforcer les accélérations d’un véhicule. Par exemple, l’e300
Bluetec est une voiture qui est capable de rouler pendant 1 km en mode électrique avec
une vitesse maximale de 35 km/h. C’est un peu étonnant, mais cela lui permet de
manoeuvrer en créneaux en mode zéro émission. Il est évident qu’une telle énergie
apporte des avantages, mais également des inconvénients. Notons que la consommation
d’énergie électrique compte parmi les plus grandes préoccupations. Elle ne cesse
d’augmenter et a un effet néfaste sur notre environnement. Ses principales conséquences
sont la pollution de l’atmosphère qui entraîne une augmentation des gaz à effet de serre
provoquant un réchauffement planétaire. Celui-ci risque de causer une fusion incomplète
des calottes polaires élevant ainsi sur la surface de la mer, engendrant une inondation
dans les régions côtières les plus basses.

Les nouveaux moyens de locomotion électriques

Nous vivons dans une nouvelle ère. Aujourd’hui, la technologie s’invite dans la plupart de
nos appareils. La modernisation n’évite aucun domaine. Ce n’est pas la manière de se
déplacer qui y déroge. On associe l’ancien moyen de locomotion, à l’électrique, parfois.
C’est le cas du vélo, rendu plus rapide grâce à un moteur électrique. Mais c’est aussi
l’invention de nouveaux moyens de transport. La trottinette électrique e300, le hoverboard, le
gyropode, mais aussi la gyroroue, représentent autant de moyens de locomotion que
d’utilisateurs potentiels. De plus en plus rapides, de plus en plus simples d’utilisations.
Jusqu’où ira l’innovation ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *